L'essentiel du mois de février

via IJF Media Team

En février, la saison s'est vraiment lancée ! Les Grands slams de Paris et Dusseldorf en événements majeurs du mois, il s'est passé beaucoup de choses. Le bilan des bleus, du Japon monstrueux et tout ce qu'il faut savoir sur le mois.

Cet article reprend des sections qui seront dans la Revue Judobox de février.

[swpm_protected visible_to="not_logged_in_users_only"]

Contenu Premium

Contenu premium

Désolé, cet article est réservée aux abonnés Judobox.

Abonnez-vous gratuitement avant le 28 février pour un mois d'essai offert. La Revue Judobox sera dispo le 28, pour aller encore plus loin sur les Grand Slams de Paris et Dusseldorf. 

Profitez-en, c'est gratuit !

[/swpm_protected]
[swpm_protected do_not_show_protected_msg="1"]

Du bon et du moins bon côté bleu

Un cinquième titre à Paris pour Clarisse

Le dossard rouge de championne du monde de Clarisse et le dossard or de championne Olympique de Trstenjak.

C'était une énorme finale.

Agbegnenou Trstenjak

via IJF Media Team

Remportée par la Française, malgré une sale blessure à l'épaule sur l'action du ippon qui lui vaudra plus ou moins six semaines d'arrêt, pour quand même ramener un cinquième titre au Grand Slam de Paris.

(La finale de Clarisse contre Tina Trstenjak)

Le bilan médical de l'Equipe de France sur le Grand Slam est d'ailleurs bien mauvais, avec la blessure à l'épaule de Clarisse et la grosse blessure d'Axel Clerget en quarts contre le Coréen Cho.

Et un premier titre pour Mado

Madeleine Malonga a marqué beaucoup de points à Paris.

Mado ramène elle aussi l'or chez les 78, son premier titre au Tournoi de Paris,

Malonga paris

via IJF Media Team

Mais aussi, elle remporte son quart contre Audrey Tcheumeo, notre autre Française des 78 et vainqueur à Paris l'année dernière.

A 18 mois des Jeux, on approche de la dernière ligne droite, et cette victoire risque de peser dans la course entre Mado et Tchoum pour Tokyo !

(Le quart de finale entre Mado et Audrey)

Encore plus après qu'Audrey ait manqué le podium à Dusseldorf, deux semaine plus tard, battu par deux fois par deux filles hors du TOP 10.

Presque imitée par Margaux Pinot

Margaux Pinot termine elle en argent.

Elle sort la Japonaise Saki Niizoe en demie, mais s'incline contre l'autre Japonaise : la médaillée mondiale Yoko Ono en finale, malgré un combat beaucoup plus engagé pour la Française qui aurait mérité l'or.

via IJF Media Team

(La finale contre Yoko Ono)

Avec Marie-Eve Gahié cinquième, battue par Niizoe, Margaux Pinot pourrait bien s'incruster dans la course pour Tokyo.

A deux doigts de battre Ono en finale, le Japon lui réussit même pas trop mal. Elle était déjà médaillée au Grand Slam d'Osaka en novembre (où elle avait d'ailleurs battu Yoko Ono au passage).

Et 3 médailles de bronze

Mélodie Vaugarny troisième à Paris en -48

Grosse journée pour Mélodie Vaugarny qui n'aura été battue que par Ami Kondo (la vainqueur du jour) et aura battu Mélanie Clément, pour bousculer la hiérarchie des -48 Françaises, d'un magnifique tai otoshi après seulement 25 secondes de combat !

(le tai otoshi de Mélodie Vaugarny sur Mélanie Clément)

Astride Gneto troisième à Paris en -52

Elle aussi, battue juste par une Japonaise, Natsumi Tsunoda (deuxième).

Elle bat en place de 3 la Mongole Munkhbat (la #2 mondiale des -48, montée de caté) et ramène le bronze à Paris pour la deuxième année de suite.

Pas mal du tout !  

Moins bien à Dusseldorf deux semaines pus tard, où elle termine septième, moins dans le rythme.

Sarah Léonie Cysique troisième à Dusseldorf en -57

Après avoir hérité d'un tirage difficile à Paris (un deuxième tour contre la Japonaise Momo Tamaoki, troisième), Sarah Léonie Cysique s'est bien rattrapé en Allemagne où c'est elle qui va décrocher le bronze.

Avec en prime un combat référence contre l'Allemande Theresa Stoll, la double finaliste en titre des Europe, qu'elle bat chez elle en place de trois.

via IJF Media Team

Pendant ce temps là, Hélène Receveaux perdait au deuxième tour contre la Coréenne Kim.

Des médailles et des bonnes choses

Pendant ce temps là, Hélène Receveaux perdait au deuxième tour contre la Coréenne Kim.

Faiza Mokdar chez les 52

Pour sa première sortie en Grand Slam, Faiza Mokdar commençait avec du lourd : la vice-championne Olympique en titre (chez les 48), la Coréenne Jeong.

Bienvenue chez les grands !

Et bah, même pas peur.

(Le premier tour de Faiza Mokdar contre la vice-championne Olympique Jeong)

Déjà une grosse victoire, qui montre encore l'énorme potentiel de Faiza Mokdar (à seulement 17 ans), avant sa défaite contre Shishime (la vainqueur du jour) au
deuxième tour.

Romaric Bouda chez les 60

Une autre belle découverte depuis la fin de saison dernière, c'est Romaric Bouda.

Deux tours seulement, mais un potentiel bien présent, seulement battu par le double champion du monde (et vainqueur du jour, lui aussi) Naohisa Takato après un combat très accroché et même dominé par le Français.

Le plus dur du jour pour le Japonais (à mon humble avis).

(Le combat de Romaric Bouda contre Naohisa Takato)

Un bilan bleu quand même pas terrible

L'Equipe de France ce mois-ci, c'est :

     —  1 seule médaille à Dusseldorf,

     —  5 médailles à Paris,

(On en avait ramené 9 l'année passée)

     —  0 mecs en TOP 5,

     —  11 septièmes places...

A titre de comparaison, à Dusseldorf, on est derrière des nations comme l'Espagne, l'Autriche ou la Slovénie, bien loin de notre fauteuil de #2 derrière le Japon.

Les filles sauvent encore un peu la mise, mais la route pour Tokyo (2019 d'abord, et 2020 surtout) est encore longue.

L'énorme surprise côté Japonais

Abe, la surprise du mois

La surprise du mois, c'est Hifumi Abe.

Le double champion du monde en titre, défait seulement 2 fois en 3 ans, et qui restait sur une défaite à Osaka (contre son compatriote Maruyama) a encore perdu à Paris, et dés le premier tour.

C'était contre l'Italien Lombardo, qui avait gagné Tel Aviv avec la manière mais qui ne finira au final que cinquième...

Tout ça pour ça !

Pour la première fois de sa carrière, Abe est sur une série de défaites (de deux) : si vous voulez mon avis, ça risque de ne pas durer longtemps.

Le Japon, chez lui partout

On pourrait s'habituer, mais on ne peut pas s'arrêter d'être impressionnés par le Japon, encore monstrueux ce mois-ci.

A Paris, petite forme.

23 engagés, 15 médailles, 5 titres.

A Dusseldorf, ils ont mis tout le monde d'accord.

16 engagés, 14 médailles, 9 titres.

Et le pire dans tout ça ? C'est qu'on a l'impression que certains sont encore loin de leur meilleure forme.

Par exemple ? Hashimoto, nonchalant et agaçant par moment, qui remporte quand même Paris dans une caté des - 73 ultra relevée.

via IJF Media Team

Ou Abe, ou Hamada, surpris dés le premier tour, mais pas champions du monde pour rien...

A mon avis, plus on va se rapprocher des championnats du monde à Tokyo, plus le reste du monde va se faire déboîter.

La bonne paire 100% feuille d'érable

A 18 mois des Jeux de Tokyo, la rivalité Canadienne chez les -57 bat son plein.

Avec Klimkait et Deguchi, #5 et 7 mondiales, ça se tire la bourre depuis l'année dernière déjà.

A Paris, elles se sont retrouvées en finale.

Avantage : Deguchi, déjà vainqueur l'année passée !

De quoi relancer le rapport de force entre les deux, qui était à l'avantage de Klimkait depuis un moment ?

La Russie, elle aussi mitigée

L'honneur sauvé grâce à Alan Khubetsov, troisième en -81, la Russie est pas passée loin du zéro pointé à Paris.

Pas glorieux pour une petite Russie, qu'on attendait de retrouver plus grande à Dusseldorf...

via IJF Media Team

Et à Dusseldorf, elle a répondu présente.

17 engagés, 9 en bloc final, 6 médailles et 4 finales.

Le pays le plus médaillé derrière le monopole du Japon.

L'équipe Russe, elle sera encore plus attendu chez elle, au Grand Slam d'Ekaterinbourg à la mi-mars !

Israël, nouvelle place forte ?

Israël, c'est une des nations qui a le mieux commencé l'année.

10 médailles à Tel Aviv et à Paris,

(quand les bleus en ramenaient 7, à titre de comparaison) 

1 équipe qui commence vraiment à avoir de la gueule, avec 9 catégories sur les 14 médaillées à Tel Aviv et Paris,

4 mecs dans le TOP 10 de leur caté à la ranking, avec un Sagi Muki qui doit faire l'un des tous meilleurs début de saison toutes caté confondues,

5 filles dans le TOP 20,

2-3 jeunes qui montent,

     —  Daniel Ben David (22 ans)

     —  Li Kochman (23 ans), cinquièmes à Paris, 

     —  Tohar Butbul (25 ans), troisième à Tel Aviv et survivant pendant 10 minutes de Shohei Ono à Dusseldorf...

Alors oui, Israël, ça pourrait bien être une nouvelle Equipe très forte sur la scène internationale ! 


C'est tout pour ce mois-ci, en attendant le retour de Riner le 10 mars à Marrakesh !

La Revue Judobox, avec les retours complets sur Paris et Dusseldorf est dispo le 28 février.

[/swpm_protected]
Fermer le menu